Jean-François Auzolle : Réchauffement climatique, mythe et réalité (1/2)

Source: TV liberté

Documentation sur lecolocritique.fr

Olivier Pichon et Pierre Bergerault reçoivent Jean-François Auzolle, ingénieur de l’Ecole Centrale, consultant pour une grande entreprise.

1) Climat : science et/ou idéologie ?
- Les exigences d’une méthode scientifique
- Rencontre de Camille Veyres, polytechnicien, directeur technique à France Télécom, spécialiste des émissions hertziennes et du rayonnement
- Une dénonciation des impostures scientifiques dominantes
- Jean Jouzel, pape du réchauffisme
- Le soleil, les volcans, la glace
- Le GIEC : un copié-collé de l’Organisation Météorologique Mondiale
- Questions sur les documents publiés par le GIEC
- Derrière le GIEC, de nouvelles taxes !
- 96 000 milliards de $, soit plus de quatre fois le PIB américain

2) Notre ami le CO2
- Le problème des modélisations mathématiques
- Le cheminement du CO2
- A l’origine, beaucoup plus de CO2 sur la planète qu’aujourd’hui (X 20 000)
- CO2 prisonnier des roches sédimentaires et libéré par les volcans
- Les plantes et le CO2 - Cycle des végétaux et photosynthèse
- Refroidissement de la terre ?
- Le CO2 ne détermine pas la température (thèse du GIEC), c’est la température qui fait monter le CO2
- Le rôle primordial des océans
- Le CO2 anthropique : seulement 6% du CO2 de l’atmosphère

3) Nourrir les hommes
- Quand le réchauffement signifie des subsistances en plus
- Croissance des arbres depuis le début du XXème siècle
- La nature en souffrance du CO2
- Le rôle de l’activité solaire, fondamental
- La construction de la cathédrale de Chartres et la production de blé en Beauce
- Tâches solaires et marchés à termes
- Aujourd’hui, l’activité solaire plutôt plus faible
- Vers une nouvelle période glaciaire
- Evocation de la petite glaciation moderne
- Aujourd’hui, nous sommes dans un cercle interglaciaire

Nous utilisons des cookies de première partie afin d'améliorer l'experience utilisateur.

Nous utilisons aussi un outils d'analyse statistique local. Nous ne partageons pas ces données.